Les urgences

30/10/2020

Les urgences

Avec le retour des beaux jours, les balades avec les chiens et les escapades des chats sont plus nombreuses et plus longues et sont d’autant de moments où votre animal est exposé à des risques extérieurs : accident, plaie, fracture, hémorragie… 
Voici comment réagir en cas d’urgence.
 
 

Accident :

Il est toujours très vite arrivé ! Un chien qui échappe à la surveillance de ses maîtres, un chat qui traverse la route au mauvais moment… Dans tous les cas, une consultation s’impose car même si vous ne voyez aucune blessure à l’œil nu, des lésions internes peuvent être présentes. Elles peuvent mettre en jeu la vie de votre compagnon.
Si votre animal est conscient mais choqué, il est important de le placer au calme en attendant la consultation. Vous pouvez lui donner à boire mais par toutes petites quantités.
Attention ! Si votre chien ou votre chat ne peut plus bouger, il est possible que sa colonne vertébrale soit touchée. Il faut donc le déplacer avec beaucoup de précautions pour éviter toute manipulation de la colonne. Vous pouvez par exemple vous servir d’une planche comme d’un brancard.
 

 
Hémorragies :

La plus dangereuse est l’hémorragie interne car le sang remplit une cavité du corps (abdomen ou thorax) de façon invisible. C’est pour cela que tout accident nécessite une visite chez le vétérinaire. Toutefois, la plupart des hémorragies est visible : au niveau d’une plaie ou d’un orifice tel que la bouche, le nez, l’anus, l’orifice urinaire… 
Si vous le pouvez, essayez d’arrêter le saignement en comprimant la plaie avec un tissu propre. Si le saignement est très important, il est possible de faire un bandage compressif au-dessus de la plaie mais, dans ce cas, il est indispensable de bien vérifier que l’animal garde toutes ses fonctions vitales : muqueuses roses, respiration régulière… Bien sûr, il faut aller le plus rapidement possible chez le vétérinaire le plus proche ou le vétérinaire de garde.
 

 
Les plaies :

On distingue les plaies selon leur profondeur, leur gravité mais aussi le délai entre leur apparition et la mise en place des soins. Le traitement ne sera alors pas le même. En effet, certaines plaies ne nécessitent pas de soins chirurgicaux et vous pouvez tout simplement désinfecter très régulièrement avec un antiseptique à base de chlorhexidine. Pour d’autres, les soins seront plus importants mais sachez qu’il est dangereux de refermer une plaie de plus de 12 heures sans une détersion complète et donc une petite intervention chirurgicale. 
Avant 6 heures, en fonction de l’état et de l’emplacement de la plaie, le vétérinaire peut choisir, par exemple, de simplement poser des agrafes.
En conclusion, il est préférable d’agir vite pour limiter les soins nécessaires et les risques d’infection. Un traitement général antidouleur et éventuellement antibiotique peut être mis en place si le vétérinaire le juge nécessaire.
 
 

Fractures :

Une boiterie avec suppression d’appui (l’animal ne pose plus sa patte) après un choc peut évoquer une fracture. Si celle-ci n’est pas une fracture ouverte (sans plaie), la seule urgence est de gérer la douleur de l’animal. Après avoir effectué une radiographie, le vétérinaire pourra programmer une chirurgie dans les jours suivants.
Au contraire, une fracture ouverte est une réelle urgence : des germes peuvent atteindre l’os et les conséquences peuvent alors être très graves.
A savoir : chez le chiot, le cartilage de croissance peut être atteint et la fracture, même fermée, devient alors une urgence.
 
En conclusion, lors de tout accident, une visite chez le vétérinaire s’impose rapidement afin de pouvoir vérifier l’état de santé de votre animal. Un traitement mis en place dans les plus courts délais permet d’améliorer le pronostic.